Historique des méthodes

Dans les années 50, suite à la crise du vignoble, une poignée de viticulteurs a l'idée de rendre effervescent le vin par gazéification.
Ce produit se positionne très rapidement et ''relance'' tout le vignoble de CERDON, évitant ainsi la mort certaine du village et de ses alentours.
Pour leur génie, ces  précurseurs se voient accordés plusieurs distinctions, notamment LE MERITE AGRICOLE.
Le marché ne cessait de se développer grâce à la ''gazéification''
Mais, une minorité de viticulteurs des communes voisines maintenaient une production de ''guillage'', aujourd'hui rebaptisée :''méthode ancestrale''.
Cette vinification était officiellement reconnue en 1962, contrairement à la gazéification.
Il faudra attendre la fin des années 1990, pour voir la méthode ancestrale dépasser les 50 % de la production totale des vins effervescents.
Les viticulteurs bien obligés d'accéder à cette méthode faute de droit de replantation et de prime d'installation pour ceux qui voulaient continuer la gazéification.
Certaines personnes, se permettant même de critiquer cette méthode, en accusant  celle ci de maux de tête !!!
Or le gaz  final contenu dans les 2 méthodes est exactement similaire.
Ce n'est pas le gaz qui déclenchait ces migraines, mais le soufre (conservateur du vin) utilisé à doses massives à l'époque, engendrant la dilatation des vaisseaux du cerveau. D'où la fameuse ''barre'' des lendemains difficiles ...


Copyright (C) 2017. Tous droits réservés. Décembre 2017